Louange & prière – Volume 270

Chers amis,
 

En lisant le livre de Habakuk ce matin, Karen et moi avons été frappés par la pertinence de ce petit livre sur le monde d’aujourd’hui. L’une des questions abordées par Habakuk à Dieu est : « Comment pouvez-vous laisser ce mal courir dans la terre ? » Dieu n’a pas répondu à toutes les questions de Habakuk, mais il l’a assuré de sa souveraineté. À la lumière des bombardements horribles des enfants à Manchester lundi, beaucoup de gens se posent la même question que Habakuk il y a environ 2 600 ans.

Le prophète commence son dialogue avec Dieu en se plaignant, comme beaucoup de Canadiens (et d’autres) réagissent à l’adversité et à la difficulté. Il dit à Dieu, au milieu de sa plainte, que Dieu ne l’écoute pas. Bien sûr, il veut dire qu’il n’obtient pas la réponse qu’il veut, mais pour accuser Dieu tout-puissant de ne pas l’écouter, c’est absurde. Lequel d’entre nous n’a pas dit ou fait quelque chose d’aussi ridicule que cela ?

Dans le troisième verset du premier chapitre de son livre, Habakuk déclare : « L’oppression et la violence sont devant moi ; il y a des querelles et des conflits surgissent. » Il poursuit en disant « la loi n’a point de vie, la justice n’a point de force ; ». Sa frustration l’amène à exagérer l’étendue de l’injustice. Le Seigneur répond à Habakuk en disant : « Car je vais faire en vos jours une œuvre, que vous ne croiriez pas si on la racontait. » (1: 5). Le prophète poursuit sa plainte en demandant à Dieu : « Pourquoi tolères-tu les traîtres ? Pourquoi es-tu silencieux alors que les méchants dévorent ceux qui sont plus justes qu’eux-mêmes ? » (1:13).

Une question qui n’est pas souvent posée aujourd’hui est : « Qui est juste ? » Le prophète Habakuk fournit la réponse à cette question dans le deuxième chapitre de son livre, lorsqu’il note la réponse du Seigneur à ses questions : « … les justes vivront par sa foi » (2: 4). Saul a été aveuglé par la lumière du Seigneur après avoir cherché à détruire les chrétiens (lire Actes 8 et 9 pour beaucoup plus à ce sujet). Après sa conversion, l’apôtre Paul a écrit sur la justification par la foi dans son épître aux croyants à Rome (1:17) et Galatie (3:11). Habakuk 2: 4 est également cité dans Hébreux 10:38.

Il y a eu beaucoup de discussions dans les médias au Canada vers 2017 marquant le 150e anniversaire de la confédération de ce pays. La semaine dernière, le pont Jacques-Cartier sur le fleuve Saint-Laurent a été illuminé pour célébrer le 375e anniversaire de la fondation de Montréal. Cette année marque également le 500e anniversaire de la publication des 95 thèses (ou plaintes) de Martin Luther à Wittenberg, en Allemagne, qui a déclenché la Réforme. La doctrine de la justification par la foi était au centre des convictions de Luther. Que de nombreuses personnes soient « aveuglées » par la lumière de Dieu brillant dans la vie de ses enfants et qu’ils viennent à la foi en Christ !

L’Écriture pour le week-end : « Éternel, j’ai entendu ce que tu as annoncé, je suis saisi de crainte. Accomplis ton œuvre dans le cours des années, Éternel, dans le cours des années fais-la connaître, mais dans ta colère souviens-toi de ta compassion! » Habakuk 3: 2 (SG21)
 
Pensée pour le week-end : « Si nous naissons de nouveau du Saint-Esprit et avons la vie de Jésus en nous au moyen de sa croix, nous devons le montrer par la façon dont nous marchons, parlons et traitons toutes nos affaires. » – Oswald Chambers (de son livre « Studies in the Sermon on the Mount: God’s Character and the Believer’s Conduct »)
 
 
Dans sa grâce,
 

Steve Frank